Oui, les mauvais gras contribuent au développement de la maladie cardiaque : la margarine, les huiles végétales, les gras chauffés et cuits, et la friture. Les gras chauffés et oxydés devraient être évités à tout prix.

Mais, il est aussi vrai que les bons gras peuvent équilibrer votre taux de « bon » cholestérol : l’huile d’olive, les oméga 3 de poissons et les gras mono-insaturés des noix crues.

72 études comprenant 600 000 personnes n’ont pas établi de lien entre le gras saturé et les maladies cardiaques. Elles ont toutefois clairement démontré que les gras trans sont manifestement nuisibles et que les oméga 3 sont bénéfiques.

Le sucre, le vrai coupable

Le sucre, et tout ce qui se transforme en sucre dans votre corps, comme la farine et les autres hydrates de carbone raffinés, sont de véritables poisons pour vos artères. Selon le Dr Martin Juneau, chef du service de prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal : « les sucres ajoutés stimulent la production d’une forme particulièrement toxique de mauvais cholestérol (LDL dense), qui pénètre plus facilement les parois des vaisseaux sanguins et favorise l’athérosclérose ».

Les pires sucres sont le fructose et le sirop de maïs à haute teneur en fructose, on le retrouve dans les boissons gazeuses, les jus de fruits et la plupart des aliments préparés. Quand vous consommez du fructose en grande quantité, sans les fibres du fruit, il se transforme en petites particules de mauvais cholestérol (LDL), augmente les triglycérides, en plus de réduire le bon cholestérol (HDL).

Voir l'article: Les multiples effets des statines / médicaments hyypocholestérolémiants